Fask

You are currently viewing Fask
Fask
  • Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :8 min de lecture

Dans cette nouvelle rubrique pro, vous découvrirez l’interview de Jocelyn Meire, fondateur et directeur général de l’association FASK. C’est au cours d’une mission de consulting pour la Maison Mode Méditerranée en 2018 qu’il a décelé de nombreux besoins non pourvus au sein de la filière Mode-Textile-Habillement. Aujourd’hui il nous présente FASK, dont l’acronyme signifie Fashion Skills.

Interview du fondateur et directeur général de FASK

Pouvez-vous vous présentez ?

Jocelyn Meire : Jocelyn Meire, fondateur et directeur général de l’association FASK.

Qu’est-ce que FASK ?

Jocelyn Meire : FASK est une association existant depuis Janvier 2019. Cette association a comme double objet associatif, d’une part, la fédération et l’accompagnement au développement économique de l’ensemble des membres de l’écosystème mode, c’est-à-dire l’ensemble des buisiness de la mode. Cette écosystème mode regroupe des jeunes créateurs d’entreprises mais également des entreprises plus matures, des artisans et des industriels que FASK est susceptibles d’accompagner dans leur développement et leurs projets dans le domaine du textile, du bijou, de la parfumerie, du mannequinat, de la cosmétologie ou encore de la photographie : tout ce qui compose l’intégralité de la filière mode. D’autre part, FASK

a pour second objet associatif, de contribuer à l’attractivité du territoire Marseille-Provence-Région Sud par le marketing territorial dans une dynamique économique qui permet de mettre en lumière la richesse créative locale. Ainsi, en tant que représentant de cet écosystème économique en faisant savoir ce qui peut se passer dans la filière mode dans notre région ce qui peut amener des personnes à investir sur cet espace, FASK est un véritable outil d’attractivité de ce territoire.

Dans quelles mesures, les adhérents de FASK, membres de ce vaste écosystème

mode se réunissent- ils ?

Jocelyn Meire : FASK est un réseau de professionnels de la mode qui agit selon la notion de « club ». En ce sens, FASK propose des occasions de rencontres entre les membres de cet écosystème mode. Ces occasions de rencontres sont des «évènements » tel que des petits déjeuners ou encore des déjeuners qui permettent aux adhérents de FASK de se retrouver et d’échanger ensemble. En 2020, FASK a organisé 12 petits déjeuners à thèmes différents qui durent environ 2 heures et seulement un déjeuner depuis l’ouverture de l’association. Les objectifs des déjeuners restent les mêmes que pour les petits déjeuners, ils donnent l’opportunité aux adhérents de se voir et de discuter ensemble autour d’un repas au cours duquel un spécialiste vient expliquer un sujet, délivrer un message, parler de son expérience, de son expertise… Par exemple, lors du premier déjeuner de FASK le thème était le digital

et la mode, ainsi des intervenants sont venus présenter leur start-up avec des propositions de solutions digitales, ce qui a permis aux membres de l’écosystème d’entendre ce qui est proposé, d’échanger à ce propos et peut-être à l’issu, devenir clients.

Pour conclure sur cette approche club, FASK est également une sorte d’annuaire qui

permet la mise en relation des membres avec ce qu’ils recherchent, par exemple un jeune créateur désirant trouver un atelier de confection pour pouvoir fabriquer les créations qu’il a conceptualisé, ainsi FASK joue ce rôle d’annuaire pour ses adhérents. Ce concept de mise en relation met également l’accent sur FASK en tant qu’accélérateur de business car l’association aide au développement économique des acteurs de l’écosystème mode ce qui rend plus rapide et efficace ce développement.

De quelle façon la sélection des différents acteurs de l’écosystème mode qui

souhaitent intégrer FASK se fait-elle ?

Jocelyn Meire : Au niveau membership, FASK ne fait pas de sélection. Pour pouvoir

devenir membre il faut se rendre sur le site Fask.org et remplir un formulaire en faisant acte de candidature suite à cela je prends contact avec les potentiels adhérents. L’objectif étant, de générer de l’adhésion et de fédérer les personnes qui adhérent autour de cette notion de « club » qui viennent dans ce collectif pour rechercher ou apporter quelque chose en partagent ensemble des idées, des concepts, des problématiques autour de la filière mode.

En dehors de cette notion de club, pouvez-vous donner un autre aspect de

FASK ?

Jocelyn Meire : Je vous ai parlé de cette notion club de FASK avec la composante

événements et la composante annuaire, mais FASK est également porteur de projets structurants, c’est-à-dire des projets qui permettent de rendre plus lisible et de structurer un ensemble et en l’occurrence une filière économique et qui permet également d’aider à sa visibilité, sa longévité et enfin à sa prospérité et donc finalement d’aider à son développement économique. Depuis 2020, dans les projets structurants que porte FASK et qui devrait aboutir en 2021, il y’a un projet que j’ai appelé « Former pour (re)localiser ».

Dans ce projet il y’a deux composantes, d’abord la partie « Former », l’idée est de

contribuer à produire des compétences (d’où le SK de FASK signifiant skills) qui manque sur notre territoire pour assurer le développement économique des business. Dans cette démarche de création de compétences, depuis mi-2020, nous travaillons sur l’ouverture d’une école, projet qui devrait aboutir pour septembre 2021. Cette école aura pour objectif de former des jeunes au montage de vêtements, car il y’a, sur notre territoire, un manque de savoir-faire en matière de confection de vêtements. Ce projet est concomitant à la partie « (re)localiser », qui va dans le sens de soutenir les ateliers de fabrication qui existe encore en les faisant connaître davantage, en les valorisant et également en créant de la compétence.

Avez-vous un autre exemple de projet structurant dont FASK est porteur ?

Jocelyn Meire : Le sujet de la transition écologique de la filière mode et en particulier de sa partie textile qui est l’une des plus polluante au monde, est un sujet qui nous importe chez FASK. En effet, l’industrie de la mode au sens large impacte l’environnement et donc une action concrète s’impose, en matière de transition écologie de la filière mode dans une démarche de responsabilité écologique, environnementale et également de responsabilité sociétale de chacun des business de l’entreprise. En ce sens, FASK est porteur d’un projet structurant qui aboutira début 2021, qui est d’éditer le livre blanc de la transition écologique de la filière mode en région sud. Ce livre blanc a pour objectif de mettre en lumière les expériences et expérimentations de « bonnes pratiques » menées par les acteurs de l’écosystème mode en région sud et qui vont vers cette fameuse transition écologique.

Ainsi s’achève l’interview de Jocelyn Meire, nous espérons que cette immersion dans l’univers FASK vous a plu.

Merci à Jocelyn Meire de nous avoir permis de l’interviewer, de nous avoir accordé du temps, et merci de son professionnalisme.

Retranscription réalisée par Camila MOHAMED.

Laisser un commentaire